Diapositive 1 - WordPress.com

Diapositive 1 - WordPress.com

Royaume du Maroc Ministre de la sant public Institut de formation aux carrires De sant dOujda ACCUEIL ET INSTALATION DUN PATIENT ELABORER PAR: MR ABDEL BASSAT ZAROUALI

TECHNICIEN DE RADIOLOGIE 1er ANNEE PROMOTION : 2012-2013 ACCUEIL ET INSTALATION DUN PATIENT Objectifs tablir une relation de confiance avec la personne visant a faire diminuer lanxit. Recueil dinformation permettant didentifier les besoins dans le but dtablir la dmarche de soins. Informer le patient et son entourage

Linstaller dans son nouvel environnement Satisfaire le besoin de communiquer Dfinition du mot Accueil Le mot accueil signifie la manire de recevoir quelqu'un, de se comporter avec lui quand on le reoit ou quand il arrive. Accueil = Rception Laccueil est la manire de recevoir quelquun quand il arrive. Mission de tout(e) personnels : mdecin,

Infirmier(e) quelque soit son poste, cadre administratif, scurit et htesse. Cest un temps la fois social, psychologique et mdical. Laccueil est un soin part entire qui a toute son importance malgr la charge du travail. Sa qualit traduit la qualit dun service et dtermine trs souvent lopinion et le jugement du patient lgard de lhpital. Le premier contact du patient ou du visiteur avec lhpital est fortement mmoris, il dtermine trs souvent lopinion et le jugement lgard de lquipe soignante et de lhpital.

Laccueil du patient, cest laffaire de tous Bonjour, au revoir, sil vous plat, merci. Nous connaissons tous les formules de politesse habituelles. Oui mais laccueil ce nest pas que a. Les patients ont dautres attentes. Cest une vritable dynamique dquipe autour dune politique commune daccueil qui doit se mettre en place. Laccueil est le premier maillon de la chane de soins. Il donne le ton, la premire impression et peut faciliter ou compliquer la suite de la relation entre le patient et notre tablissement.

tout se joue dans les 30 premires secondes, selon J-L Chaize, directeur ple accueil clientle au CHRU de Montpellier Laccueil rpond donc une demande dinformation, dorientation mais aussi un besoin dtre rassur car les patients qui se retrouvent dans un lieu sans repres, dans des situations qui les fragilisent. Au Centre Hospitalier, tout le monde accueille, cependant certaines fonctions sont

amenes faire de cette mission leur quotidien : htesses daccueil, admissionnistes, personnels soignants, secrtaires mdicales. Professionnaliser laccueil Au-del dun savoir faire, laccueil impose un savoir tre : sourire, coute, professionnalisme, assurance. La personne inquite face lagent de sant doit se sentir entendue et comprise. Aujourdhui, il est urgent de savoir accueillir et davoir des professionnels de laccueil. Comme nous venons de le prciser cest une mission part entire quil faut prendre avec srieux.

Cest pour cela que les Hpitaux ont dvelopp un projet. En cours de ralisation, il comprend 3 axes : accueil et cheminement des patients, accueil des personels. accueil des familles. Il propose aussi au personnel doccuper des fonctions en adquation avec leurs comptences. les postes daccueil sont vritable vitrine de lhpital ncessitent de savoir apprhender toutes les situations, tout en sachant rester professionnel.

Ces fonctions requirent des aptitudes au relationnel et des comptences acquises lors de formations. Laccueil dans un parcours de soin classique Dans un cas classique, pendant son parcours de soin, le patient est amen dans un premier temps rencontrer les htesses daccueil, les admissionnistes, les agents des rgies. Etape n1 : les htesses

daccueil(HA) Elles accueillent, renseignent tout le public et les orientent en fonction des demandes. En dehors des heures douverture du bureau dadmissions, les htesses assurent la saisie et linstruction des dossiers dadmissions. Marie-Andre Sery (HA) au CHRU Montpellier nous parle dune passion : Notre rle est multifonction. Il faut savoir canaliser les personnes, les orienter, les informer, le tout avec une certaine contrainte de temps pour ne pas aggraver la situation. Il faut avoir de la tolrance, de la comprhension, faire en sorte que cela se passe bien et toujours avec le sourire. Cest quand mme plus agrable,

non ?. Etape n2 : Un passage obligatoire : les admissions Les admissionnistes accueillent les patients pour les consultations et les hospitalisations programmes. Ils assurent la saisie administrative du dossier du patient et son admission (les fameuses tiquettes) et orientent aussi les usagers vers les services concerns. enfin, ils traitent les appels tlphoniques. Nathalie Porras, admissionniste : Laccueil est primordial dans un centre hospitalier. Les patients arrivent stresss. Au-del

de constituer leur dossier, notre rle est aussi de les rassurer, les orienter, rpondre leurs interrogations. De cet accueil, dpend la suite du sjour au CHRU. Cela demande davoir beaucoup de patience, dtre lcoute. Il nous arrive de devoir grer des situations difficiles. Etape n 3: La fin du parcours : les rgies Les rgies sont les points dencaissement du CH. Cest aussi le lien entre la Trsorerie Gnrale et les patients. Mais ce nest pas quun lieu de paiement. Une relation existe entre les patients et ces agents.

Laurent Bouscaren nous ouvre les portes dune rgie : Nous sommes amens avoir des contacts avec les patients hospitaliss pendant leur sjour. En effet, afin de ne pas avoir une somme trop importante rgler leur sortie, nous les appelons rgulirement pour chelonner le paiement. Nous travaillons aussi en collaboration avec les assistantes sociales, lorsquils sont dans des situations sociales difficiles. Notre responsabilit est aussi importante car les rgies sont des dpts de biens personnels pour les patients. La mission daccueil est donc primordiale puisque fonde sur la confiance.

Laccueil dans les services de soins Lorsquil sagit dvoquer laccueil en milieu hospitalier, ce concept revt galement pour les professionnels de sant une dimension particulire. Nous quittons le champ de la vie courante pour pntrer dans le champ professionnel : celui des soins. Laccueil prend alors le caractre dacte professionnel. Acte qui ncessite apprentissage, rflexion, analyse avec pour finalit la qualit de la prise en charge du patient et de son entourage.

Un accueil russi scurise et reconnat la personne comme partenaire, pour lui permettre enfin de sadapter sa situation propre et son nouvel environnement Aprs consultation avec un mdecin et sil y a une dcision dhospitalisation, le cadre reoit le patient afin dorganiser et de lui expliquer son sjour. Cet accueil peut aussi comprendre une visite du secteur. Un bon accueil permet de ddramatiser lhospitalisation et le patient sait ce quil va lui

arriver. Le personnel accueillant devient pour lui un rfrent pendant le sjour. Dans le cadre dune chirurgie programme et ncessitant une hospitalisation, lquipe soignante accueille le malade. Lors de staffs, les infirmiers ont t informs de sa venue. Une aide-soignante linstalle dans sa chambre. Linfirmire revient ensuite pour cadrer

avec le malade son dossier de soin. Pour une intervention urgente, linfirmire informe, rassure et soutient le patient. La particularit de laccueil en pdiatrie Cest tablir une relation de confiance avec les parents. Leur sentiment de scurit crera un climat favorable pour entrer en contact avec lenfant. Il existe un projet autour de laccueil qui consiste dcorer les couloirs de la pdiatrie assure un

conditionnement de lenfant et une mise en confiance. Des repres et des dessins attirent son attention par leurs cts ludiques et colors et par la suite lui serviront de repres pour se dplacer dans lunit. Spcifiquement aux services de chirurgie, il a t mis en place un parcours depuis la chambre du patient jusquau bloc. Cette route des blocs est constitue de points de repres qui accompagnent lenfant.

Dans un service de pdiatrie, le fait davoir une salle de jeux avec un ducateur spcifique fait aussi partie de laccueil. Lenfant croise dautres enfants qui jouent. Tout cela contribue la cration dun univers accueillant pour une meilleure prise en charge de lenfant malade. Les intrts d'un bon accueil Un bon accueil permet de: - Donner confiance au malade et sa famille. - tablir un contact humain scurisant le malade et

facilitant son sjour l'hpital. - Rassurer le malade et sa famille. - Amoindrir, rparer et soulager le mal cass par la maladie et la sparation familiale. - Comprendre l'tat d'esprit du malade et faciliter la communication avec lui, ce qui aide l'quipe soignante mieux connatre le patient, ses problmes et ses attentes. - Crer une ambiance plus familiale qu'administrative. Laccueil aux urgences Laccueil aux urgences est dimportance capitale, il est diffrent de laccueil classique

dans la manire et dans la technique. Il exige des critres de comptence et une formation cible du cadre infirmier. La zone daccueil Laccueil aux urgences ne se limite pas au guichet dinscription contrairement ce quon pratique frquemment. On parle plutt dune zone daccueil qui comprend lentre et les salles dattente (patients valides ou sur brancards). Alors que la zone de soins concerne les

salles dexamen, de mdication et la salle des urgences vitales. La qualit daccueil La manire de recevoir devrait tre de bonne qualit malgr la charge de travail. Laccueil doit se faire dans un local appropri bien positionn gographiquement pour permettre la visualisation de lentre et des salles dattente en mme temps. Laccueillant devrait tre comptant, ayant de lexprience et des critres professionnels, physiques et psychologiques bien dtermins.

Lapparence soigne est importante. Il apaise le stress du patient avec le sourire, le respect et en choisissant ses mots de politesse. Depuis 2004, en France, laccueil est sous la responsabilit de linfirmier(re) organisateur(trice) de laccueil (IOA) dsign(e) ce poste selon les critres de comptence et danciennet. La mission du (IOA) est bien dfinie : Accueillir de faon personnalise le patient et ses accompagnants ds leur arrive

Rassurer le patient : gestion du stress Dfinir les besoins de sant et les priorits de soins : Triage Dcider du lieu le plus adapt aux besoins : orientation vers la salle dattente, les box de consultation ou la salle des urgences vitales Pratiquer en cas de besoin les gestes de premier secours, mais ne pas confondre le secourisme (obligatoire par la loi) avec les actes mdicaux (sur prescription mdicale) Accompagne ou fait accompagner les patients en tat grave (brancardage). Surveillance visuelle de la salle dattente afin de dpister

laggravation ventuelle. Informer le patient et sa famille. LIOA gre les communications tlphoniques extrieures mais doit respecter le secret mdical. EIle ne fournit aucune information concernant le diagnostic (faute professionnelle grave). LIOA travaille en collaboration avec plusieurs personnes, principalement avec le mdecin coordinateur de laccueil et les infirmiers de soins, mais aussi avec la secrtaire d'accueil, lagent administratif, les brancardiers et les agents de scurit.

Obligations secourisme, bien entretenir les documents (registre dinscription et dossiers mdicaux). Interdictions non assistance ou abandon dun malade en tat grave. dpassement de comptence (mdicaments ou actes sans ordonnance). faire le travail du caissier.

abandonner son poste. divulguer le secret mdical. Triage et orientation Le principe est Tout patient venant aux urgences doit tre examin par un mdecin. Notez que lavis du mdecin est obligatoire dans tous les cas, il est le seul dterminer sil faut traiter ou pas en urgence. Il existe plusieurs types durgence : urgence vraie (menace la vie : tat de choc, infarctus du myocarde, hmorragie digestive,..).

urgence fonctionnelle (menace de la fonction dun membre ou un organe : fracture, plaie main, plaie globe oculaire,..). urgence ressentie par le malade. Le triage permet dviter lencombrement et de dfinir la priorit. Il est pratiqu dans plusieurs pays dvelopps selon des protocoles bien dfinis.

Il dtermine la priorit en classant les consultants en 5 groupes : urgences vitales (prise en charge immdiate) urgences graves (dlai < 15min) urgences relatives (< 30 min) urgences diffres (< 2h) pas durgence (< 4h ou orientes vers dautres structures aprs lavis du mdecin.

Gestion de la violence Phnomne frquent surtout la zone daccueil et de causes multiples (mauvaise qualit de laccueil ++, dure dattente, opposition aux exigences du patient, dcs dun proche,..). Les facteurs sociaux et la dlinquance sont frquemment incrimins mais il peut maner de toutes les couches sociales. Vous ne pouvez pas liminer la violence, cest le risque du mtier. Les vigiles aux portes ne font que provoquer lagressivit, il faut savoir prvenir et grer la

violence par la formation. Lagitation dun patient est de cause organique dans 90% des cas (hypoglycmie, tat de choc, hypoxie, intoxication, douleur ) et rarement psychiatrique. Pour le calmer : traiter la cause, utiliser la contention et les tranquillisants. Dans les autres situations (accompagnants), il faut dpister les signes annonant la violence, parler avec respect, tre toujours calme et ne pas lever la voix, pas de menaces, savoir annoncer le dcs, expliquer pourquoi (lattente, payer les frais,

). Lagit devient faible lorsquil est loin du public et quand il est assis. Se protger : rester distance suffisante et au besoin se dfendre sans violence.

Recently Viewed Presentations

  • מידע קהילתי הגדרה - img2.timg.co.il

    מידע קהילתי הגדרה - img2.timg.co.il

    מרכז מידע קהילתי מצגת 1 מבוא ד"ר אירית גץ תשס"ז נא לכבות טלפונים סלולאריים: צלצול ורטט תודה.
  • Preparing for Persecution - USA / Canada Region

    Preparing for Persecution - USA / Canada Region

    Developing Lay Leaders. 1. IQ - INTELLIGENCE QUOTIENT This refers to the basic concept for which it is known. Sometimes, those of us in the spiritual world, underestimate or downplay the role of intelligence.
  • CABI TOURISM TEXTS 4th Edition Leisure, Sport and

    CABI TOURISM TEXTS 4th Edition Leisure, Sport and

    Provision for young people is one of the key historical origins of public leisure services - linked to the prevention of juvenile crime. Current concerns with: drug use
  • Modern Information Retrieval Chapter 7: Text Operations

    Modern Information Retrieval Chapter 7: Text Operations

    Modern Information Retrieval Chapter 7: Text Operations Ricardo Baeza-Yates Berthier Ribeiro-Neto Document Preprocessing Lexical analysis of the text Elimination of stopwords Stemming Selection of index terms Construction of term categorization structures Lexical Analysis of the Text Word separators space digits...
  • Nancefield station precinct 02/06/20 Technical feasibilities completed  Flood

    Nancefield station precinct 02/06/20 Technical feasibilities completed Flood

    In order to address this situation, the City seeks to initiative programmes that will bring activity to former township areas and other areas in economic need. One way of doing this is the proposed creation of Soweto Empowerment Zone.
  • Firewalls What is a Firewall? A choke point

    Firewalls What is a Firewall? A choke point

    Firewalls What is a Firewall? A choke point of control and monitoring Interconnects networks with differing trust Imposes restrictions on network services only authorized traffic is allowed Auditing and controlling access can implement alarms for abnormal behavior Itself immune to...
  • Automated GenerationTactics for Strategy Games Machine Learning in

    Automated GenerationTactics for Strategy Games Machine Learning in

    Typically, players in RTS games start a game with only very few game options, and as they gradually move up the technology ladder, new game options will open up to them. In order to let the dynamic AI only select...
  • The New Audit Paradigm

    The New Audit Paradigm

    Synchronized patient context, automatic login (ESSO) EPR is old, difficult to extend, and retiring by Dec 2010 Improve Patient Care - aggregate data from more sources