Enseigner la grammaire au cycle 3 - Académie de Bordeaux

Enseigner la grammaire au cycle 3 - Académie de Bordeaux

Enseigner la grammaire lcole primaire Grammaire : dfinitions Ensemble des rgles rgissant une langue un moment de son volution Ouvrage servant dcrire les

rgles en usage dans une langue Outil danalyse de cette langue ayant pour but de la dcrire et de la comprendre Relvent de la grammaire des lments :

de phonologie de morphologie de vocabulaire de syntaxe de conjugaison Les apprentissages en grammaire sont fortement en interaction avec dautres domaines de ltude de la langue.

Une enqute rcente Danile MANESSE et Danile COGIS Orthographe qui la faute ? (ESF diteur, 2007) Principe de lenqute : une dicte effectue en 1987 pour une large population dlves du CM2 la 3me repropose une large population dlves en 2005.

Augmentation considrable du nombre derreurs orthographiques : 1987 : 8 erreurs lourdes / 2005 : 13 erreurs lourdes Entre le CM2 et la 3e les lves diminuaient leur score derreurs par 3, aujourdhui ils le diminuent par 2. Lcart entre les lves de 1987 et ceux de 2005 est de 2 ans : ceux de 5e en 2005

ont le niveau des CM2 dil y a 20 ans. Les CM2 de 2005 sont ceux qui, avec les 4me, prsentent la plus forte augmentation du nombre de fautes lourdes. Les filles russissent mieux que les garons. En moyenne, les filles ont une anne davance dans leurs comptences sur les garons, ce qui tait dj le cas en 1987. Analyse qualitative des erreurs :

si lon compare les lves 1987 et les lves 2005, on constate : - moins derreurs de ponctuation - une amlioration en orthographe lexicale en 2005. En revanche, on voit une nette augmentation du nombre derreurs de grammaire dues une mauvaise application des rgles de grammaire ou une absence de traitement grammatical des units de la phrase.

Que conclure de cette enqute ? En analyse, on peut dire que si les lves progressent en orthographe lexicale pure, ils rgressent dans le traitement phrastique, donc grammatical. Dans le mme temps, on ne voit pas damlioration des scores de comprhension.

Que peut-on en conclure ? Que lenseignement de la langue a sans doute t trop morcel en units trop disperses (ex savoir crire un mot sans rflchir assez son rle dans la phrase) Que lunit de la phrase a manqu de structuration Que la langue na pas assez servi de support dintrt ni de rflexion

(grammaire de texte privilgie) Que nous pouvons amliorer les performances du systme et les La grammaire au fil des cycles Ds le cycle 1 : mise en scne des mots : - la petite fille a mang son carr de chocolat.

- Le carr de chocolat a mang la petite fille. Prendre conscience que certains mots disent qui, dautres quoi, dautres encore o, quand, comment, Exemple : pronominaliser des noms propres et des groupes nominaux Cycle 2 : lapprentissage de la lecture nest pas achev

Les lves de 8 ans sont loin davoir fini dapprendre lire : Un tudiant ou un adulte effectue la reconnaissance orthographique dun mot en 600 millisecondes Un enfant de 11 ans en 1,5 s Un enfant de 8 ans en 2,5 s Lactivit de lecture est ncessairement troitement lie un appui sur la

grammaire puisquelle est une activit de langage : Lire une phrase, cest identifier les mots et en mme temps reconnatre leurs rles grammaticaux respectifs. Alain Bentolila Le lexique mental Mot install avec reprsentations sonore, smantique,

orthographique,mais aussi dans un classement grammatical (classes de mots) et probablement de fonction dans la phrase (rle du verbe, rle dun adjectif) pour que des substitutions soient possibles et pour que des relations soient faites. Trois incidences pdagogiques Il y a ncessit damener trs tt

lenfant rflchir sur les catgories de la langue, ds le CP Les apprentissages ncessitent beaucoup de temps, li au temps dveloppemental donc une rcurrence des activits simpose Il faut prendre le temps de structurer les apprentissages Cycle 3 : Analyse grammaticale La reconnaissance des mots est

un pralable tout travail sur la syntaxe Il nous faut rtablir une programmation prcise et rigoureuse dans lapprentissage de la grammaire Alain Bentolila Les supports - de programmation : les difficults rencontres par les lves, la

progression dfinie par lquipe - dobservation et de manipulation : corpus de phrases rdiges par le matre (souvent le plus adquat), questionnement partir dexemples et contreexemples, des travaux dlves, un crit, des exercices, une image Les supports pour la rflexion : affichage, tableau pour noter le

cheminement de la rflexion collective pour linstitutionnalisation : outil (cahier, classeur) modulable et organis pour tre modifi et enrichi sur la dure du cycle, affichage dans la Le volume horaire Un peu moins de 8 heures utiliser pour le franais, ce qui suppose un temps denviron 2H quotidiennes. Cest un d

et un minimum pour progresser. Plus on allonge la longueur des plages horaires, moins on est efficace (perte de lobjectif, dilution de lactivit, perte de concentration, perte de la clart cognitive) Les critres pour lemploi du temps En fonction des objectifs viss En fonction de la phase de lapprentissage vis

Il est raisonnable de consacrer au moins une heure/jour ltude de la langue (beaucoup de matres font plus) Il ne faut pas craindre les sances spcifiques consacres lapprentissage de la langue Deux catgories dactivits Objectifs : Objectifs :

systmatiser les conduire les apprentissages lves changer et dvelopper les des reprsentations automatismes qui sont les leurs relancer prendre le temps lintrt et la

de construire la curiosit pour la comprhension langue dune notion Activits longues Activits courtes et rcurrentes Des plages de 15 minutes, une dominante orthographique, une

dominante grammaticale, une dominante lexicale en alternance Objectif expliciter auprs des lves Bien cibler lacquisition du jour ou la comptence vise Imprimer un rythme lactivit, comme en calcul mental Conserver les liens avec les activits dcriture et de lecture dans les disciplines Activits courtes et

rcurrentes Divers possibles : Phrase dicte du jour (de lobservation lcriture) Analyse logique de phrase Transformations de phrases (jeu des messages) : dplacement, substitution, remplacement, suppression Activits de systmatisation / jeux littraires

Activits voie longue Une nouvelle notion ne peut se construire en une seule sance dune seule phase. Elle ncessite au moins quatre sances. Dmarche pdagogiq ue

Les oprations mentales dappui Comparer

Modifier Mettre en relation Classer ( lintrieur dune catgorie proposer une organisation) Trier (dans des catgories diffrentes) Identifier Dfinir Justifier La dmarche

active Plus une mthode est active, plus elle mobilise doprations mentales de catgories diffrentes Les oprations doivent conduire la catgorisation (cf. Stanislas Dehaene) Les oprations de classement sont fondamentales (Ex : classement derreurs orthographiques dans une production, classement de mots)

Les phases de la dmarche active Observer Etablir la rgle Sentraner Rinvestir Phase dobservation Point dappui de la leon : pas ncessairement un texte. Cela peut

tre un ensemble de phrases, un relev de reprsentations, une prestation orale (notamment en conjugaison), une image Le choix doit se faire en fonction de lobjectif vis Des activits de tri, de classement (contextualisation) Liens avec des hypothses de fonctionnement (dcontextualisation) qui amne un premier bilan

Phase de rdaction de la rgle Importance de la phase qui garde une trace crite pour mmoire La rgle seule ne suffit pas. Bien laccompagner de procdures dclines dans des fiches-outils (pour pouvoir recontextualiser). Recherche de lexactitude Phase dentranement

Ncessit dune phase dapplication pure pour consolider la rgle et appliquer les procdures Prvoir suffisamment dexercices et de types varis, dont des travaux dcriture Ncessit dexercices plus rflexifs qui font manipuler et qui suscitent de nouvelles questions. Phase de rinvestissement

Dans des activits courtes Dans toutes les disciplines Dans des tches de lecture et dcriture Enseignement explicite qui rend visible le rinvestissement Faire des liens avec les outils et les affichages

En rsum Sorganiser dans le temps (progressions et programmations) Aller de loral vers lcrit Prendre le temps ncessaire pour les notions importantes Structurer les apprentissages et adopter une approche systmatique

Les programmes de 2008 Ltude de la langue franaise (vocabulaire, grammaire, orthographe) donne lieu des sances et activits spcifiques. Elle est conduite avec le souci de mettre en vidence ses liens avec lexpression, la comprhension et la correction rdactionnelle. Lenseignement de la grammaire a pour finalit de favoriser la comprhension des textes lus et entendus, damliorer lexpression en vue den garantir la justesse, la correction syntaxique et orthographique.

Il porte presque exclusivement sur la phrase simple; la phrase complexe nest aborde quen CM2. MISE EN UVRE DU SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES ET DE COMPTENCES : LENSEIGNEMENT DE LA GRAMMAIRE C. n 2007-013 du 11-1-2007 NOR : MENB0700097C RLR : 514-5 ; 525-2a MEN - BDC

La dmarche Quelle mthode d'enseignement ? Les programmes 2008 "sont prcis et dtaills en termes d'objectifs et de contenus enseigner tout en tant ouverts en terme de mthodes afin de respecter strictement le principe de libert pdagogique inscrit dans la Loi d'orientation et des programmes pour l'avenir de l'cole". Cependant, des sances et des activits spcifiques sont prconises, avec une dmarche qui reste axe : sur l'exploration et la rflexion (faire observer des

phrases, les faire manipuler, faire rflchir afin d'tablir la rgle) puis sur l'entranement pour mmoriser et Canevas type dune leon de grammaire spcifique Observation -Phrases choisies pour dcouvrir un fait grammatical et/ou observation dun texte Manipulation et rflexion (en petits groupes puis mise en commun) - Observer - Analyser - Classer - Catgoriser

- Comparer - Infrer Institutionnalisation - Synthse collective et laboration de la rgle (rgularits et exceptions) - Mmorisation Evaluation - Divers exercices en regard dune comptence donne Phrase simple Phrase complexe

Phrase simple (ou Dfinition seminimale ) (GN) sujet et La Phrase minimale compose dun groupe nominal dun groupe verbal (GV). Cest une phrase quon ne peut plus rduire, hors contexte particulier. ex. : David adore le ketchup. Dans cette phrase on ne peut enlever aucun lment, sinon la phrase serai agrammaticale et son sens serait altr. Procdure de reconnaissance

Leffacement David Davidfut futrveill rveill.par la voix de linspecteur Un instant plus tard, dans le couloir hauteur de son bureau. Difficult rencontre La ponctuation La phrase commence par une majuscule et finit par un point. Absence de ponctuation en posie moderne.

Phrase complexe Dfinition La phrase complexe est compose de plusieurs propositions comportant chacune au moins un GN sujet et au moins un GV, dans lequel le verbe nest pas forcment conjugu. On et dit un tintement de mtal qui semblait se rapprocher peu peu. Proposition principale : On et dit un tintement de mtal Proposition subordonne (relative) : qui semblait se rapprocher peu peu.

Les trois types de subordonnes : Subordonne relative Subordonne compltive Subordonne circonstancielle La subordonne relative Elle remplit la fonction dexpansion du nom. Elle complte le nom (appel antcdent). Elle est introduite par un pronom relatif. Phrase GN Pronom

GV V GN Det N expans Proposition subordonne relative Pronom relatif

On et dit un tintement de mtal qui Groupe verbal

semblait se rapprocher peu peu. La subordonne compltive Elle remplit le plus souvent la fonction de complment du verbe. Elle est introduite par le subordonnant que. Phrase GN Pronom GV

V Proposition Conjonction Je pense qu Phrase

il viendra La subordonne compltive nest ni effaable ni dplaable. La subordonne circonstancielle Elle remplit la fonction de complment de phrase. Elle apporte une prcision sur les circonstances de laction : quand, dans quel but, pour quelle raison, etc. Phrase

Proposition subordonne circonstancielle Conjonction Phrase Quand le poulet eut disparu sous la crme, il alla se verser un grand verre de lait La subordonne circonstancielle est le plus souvent effaable et dplaable. Evolution des programmes

Exemple au cycle 3 2002 - La proposition relative (comme expansion du nom). 2007 2008 - La proposition relative en qui et que (comme

expansion du nom). - La proposition relative complment du nom. -Distinction entre phrase simple et phrase complexe. -- Distinction entre proposition indpendante (coordonne, juxtapose), proposition principale et proposition subordonne.

Groupe sujet Groupe verbal Reconnatre les constituants de la phrase Une phrase de base est obligatoirement constitue de deux lments : Un constituant verbal, cest--dire un groupe syntaxique constitu autour dun verbe conjugu. Le constituant verbal peut se rduire au seul verbe mais, le plus souvent, le groupe verbal est form du verbe accompagn de ses complments, essentiels ou facultatifs. Je jetai un regard en passant, [] Lhomme ajouta :

Le portail tait rest ouvert. Un constituant nominal, appel sujet, qui fixe la forme morphologique du verbe (choix de la personne, du nombre, parfois du genre dans le cas des formes verbales composes avec lauxiliaire tre). Je jetai un regard en passant, [] Lhomme ajouta : Le portail tait rest ouvert. le constituant nominal sujet Dfinition Le sujet est un lment obligatoire de la phrase. Il ne peut pas tre supprim. Dans la phrase de base (dclarative), le sujet prcde

gnralement le verbe. Il donne au verbe ses marques de personne et de nombre (le verbe saccorde avec le sujet). Un constituant de type nominal assure cette fonction sujet : - Nom propre : Alphonse Daudet est lauteur des Lettres de mon moulin - Pronom : Je revenais du village [] - Groupe nominal : La charrette sbranla [] - Proposition subordonne : Ce que dcouvre Daudet est une histoire navrante. - Verbe linfinitif : Mourir si jeune est bien triste. Procdure de reconnaissance Substitution Encadrement par cest qui

Question qui est-ce qui. ? Ou quest-ce qui ? le groupe verbal et la fonction complment du Dfinition verbe Un verbe peut recevoir deux types de complments : des complments essentiels o Je longeais les murs de la ferme. (verbe longer quelque chose ) des complments facultatifs (ou complments circonstanciels) o Je longeais les murs de la ferme, dans lombre des

micocouliers. Procdure de reconnaissance Observation de la construction du verbe Effacement (les complments circonstanciels sont supprimables)

Recently Viewed Presentations

  • FORCE HEALTH PROTECTION BRANCH Current as of 23

    FORCE HEALTH PROTECTION BRANCH Current as of 23

    - ANG May supplement this document with a ANG Manual or ANGSUP. State Air Surgeon's role ... New Justification Process began Mid-January and pushed to the field via Heads-up in February; afterwhich, a steep decline in event requests occurred. ......
  • Overview - Alamance-Burlington School System

    Overview - Alamance-Burlington School System

    In this exercise, you will manage Word's Widow/Orphan control. Controlling Widows and Orphans. A . widow. is the last line of a paragraph that appears at the top of a page as shown at right. An . orphan.
  • Eukaryotes - Arkansas State University

    Eukaryotes - Arkansas State University

    More advanced: a mouth at one end, an anus at the other. More advanced animals have a body cavity A body cavity is called a coelom A place where the internal organs go Simple animals w/o a body cavity: acoelomates...
  • Genigraphics Research Poster Template 36x48

    Genigraphics Research Poster Template 36x48

    Click here to insert your Methods and Materials text. Type it in or copy and paste from your Word document or other source. This text box will automatically re-size to your text. To turn off that feature, right click inside...
  • Diapositivo 1 - 1st elementary

    Diapositivo 1 - 1st elementary

    Plurals singular plural a car a cassette a lamp a hat a cup singular + -s two cars two cassettes two lamps two hats two cups singular plural a bus a match a dish a class a box After -s/...
  • Competncias Bsicas de Investigao Cientfica e de Publicao

    Competncias Bsicas de Investigao Cientfica e de Publicao

    This "what I did, and why I did it" summary will keep your mind focussed on the main objectives of your study. Note: these objectives can change as you acquire preliminary data - science is an iterative process at all...
  • Using data in the classroom - dhs-learning-interventions ...

    Using data in the classroom - dhs-learning-interventions ...

    What is a Guttman chart? Louis Guttman was an Israeli mathematician and Professor of Social and Psychological Assessment. He found that, when analyzing test data, if you determined the difficulty of each test question, and then ordered the student responses...
  • The Evolution of the Microscope

    The Evolution of the Microscope

    The Evolution of the Microscope Professional Resources Basic and In-depth Microscope Information Need help with the basic and more complex functions of the microscope? This website has a wealth of information about microscopes. Using a Compound Microscope Has it been...