Le Plaisir en EPS: une source d'engagement et de pratique ...

Le Plaisir en EPS: une source d'engagement et de pratique ...

Le PLAISIR en EPS: une source dengagement et de pratique physique rgulire SEMINAIRE SANTE et EPS 25 et 26 Mai 2010 James JOSEPH INTRODUCTION Un CONTEXTE FORT INQUIETANT Une sdentarit croissante qui interpelle sur le niveau dactivit des adolescents Rapport de lOMS (2009) souligne que la vie quotidienne du XXIme sicle offre de moins en moins de possibilits

dactivit physique (augmentation du temps de travail, recherche de loisirs de dtente ) et que les modes de vie qui en rsultent ont de graves consquences sur la sant publique Quelques donnes significatives 2/3 des 15 18 ans nauraient pas le niveau dactivit recommand (Rapport de lOMS, 2009) Moins dun adolescent sur 2 atteint un niveau dactivit physique entranant des bnfices pour la sant, avec une forte diffrence entre les deux sexes: soit plus de 6 garons sur 10 contre moins

dune fille sur 4 (Rapport de lAgence Franaise de Scurit Sanitaire des Aliments, cit par P. SANTI in Journal Le Monde du 25/08/2009 ) En dautres termes Si la promotion de la sant sest beaucoup concentre sur lalimentation et son rle dans diverses maladies, le MANQUE DACTIVITE PHYSIQUE ou SPORTIVE plus ou moins important selon le sexe, devient dsormais un DETERMINANT MAJEUR de ltat de sant des individus tous les ges. Dans ce contexte, de nombreuses recommandations invitent

les diffrents acteurs de la sant publique INCITER les ADOLESCENTS PRATIQUER REGULIEREMENT UNE ACTIVITE PHYSIQUE ou SPORTIVE favorable la sant . Dans quelle mesure lenseignant dEPS, peut-il y contribuer dans le cadre scolaire ? En quoi la rfrence culturelle aux Activits Physiques Sportives et

Artistiques (APSA) peut inciter les adolescents pratiquer rgulirement une activit physique favorable la sant ? Quelques PRECISIONS Plaisir en EPS Cheminement motionnel intime et intense rsultant dune rencontre entre les mobiles daction de llve et laffordance manant du milieu didactique cr par lenseignant

(GAGNAIRE et LAVIE, 2007) Ces mmes auteurs distinguent Des SENSIBILITES au plaisir DIFFERENTES - Sensibilit la pratique comptitive - Sensibilit aux formes ludiques - Sensibilit une approche conviviale - sensibilit une matrise technique - Sensibilit des sensations corporelles Ces mmes auteurs constatent

4 champs qui orientent le plaisir en EPS - Champ de la convivialit (sur une perspective de PLAISIR DIFFERE / joies intenses imprvues) - Champ du ludique (oriente vers un PLAISIR IMMEDIAT) - Champ de la russite (facilite le PLAISIR IMMEDIAT / russite instantane, ainsi que le PLAISIR DIFFERE / Russite projete est dsire) - Champ du comptitif (vers un PLAISIR DIFFERE/ Prparation, anticipation de lavenir proche) Pour les lves de 6me : Le jeu prime sur la victoire et la russite

encourage et satisfait prennent du plaisir jouer si ils ont le sentiment de se dbrouiller assez bien dans lactivit ainsi que dans une bonne ambiance (ordre, justice, quit, coute et srennit Pour les lves de 3me : Un lve de 3me prouve du plaisir condition de vivre les pratiques avec ses copains : soit uniquement pour participer (Filles), soit pour sopposer, se confronter, se comparer (Garons)

Activit Physique et Sant LACTIVITE PHYSIQUE (A.P.): Toute force exerce par les muscles squelettiques qui entrane une dpense dnergie suprieure celle du niveau de repos (OMS, 2006) Et la SANTE ? Non pas uniquement labsence de maladie ou dinfirmit, mais surtout comme un tat de bien-tre physique, moral et social (OMS, 1946). LA.P. favorable la Sant pourrait tre en EPS Toute forme dactivits physiques qui amliorerait ou entretiendrait les qualits physiques (sant physique), la confiance et lestime de soi (sant

morale), ainsi que la capacit sintgrer dans un groupe social (sant sociale) (D. DELIGNIERES et C. GARSAULT, 2004) AUSSI, aujourdhui on peut distinguer 2 attitudes face la pratique physique avec I. QUEVAL (2004) : - Certains sorienteraient vers des pratiques visant le dveloppement de soi, laccomplissement, lpanouissement travers des espaces de loisirs et de plaisir; - Dautres rechercheraient plus le dpassement de soi, lpreuve, la comparaison sociale

travers des expriences de comptition. Adolescence: une priode charnire ADOLESCENCE = priode qui se caractrise par des transformations corporelles et psychologiques brutales (DEBESSE, 79), ainsi que par des modifications de la personnalit (DREVILLON, 79) Ces moments de crise engendreraient soit de ladhsion (sentiment de comptence positif), soit des ruptures (sentiment de comptence ngatif) selon les motions vcues travers leurs expriences corporelles

(ISO-AHOLA, LA VERDE et GRAEFE, 1989). AINSI, il sagirait pour lenseignant dEPS de baliser et de comprendre ces moments de crise afin dimpliquer les lves vers des motifs dagir qui rpondraient leur envie de bouger , sans nuire leur sentiment dtre comptent Pratique Physique et Champ Social 39 millions de franais pratiquent un sport ou une activit physique. La pratique est polyvalente, rgulire (1 2 fois semaine) Conviviale, collective sans tre ncessairement en milieu associatif

Les pratiques non comptitives ( vlo, natation, marche, course pied, VTT) sont dominantes: 94% des sport pratiqus sont dentretien (Observatoire des pratiques FPS-IPSOS 2008-Lettre de lconomie du sport n955 11/2009) Entre 74,5 et 97,6% ( selon les critres) des pratiquants recherchent un tat de bien tre. Le dpassement de soi et la recherche de la performance est lun des critres qui recueille le moins lassentiment des franais (7% disent faire de la comptition). ( Sports et sportif en France observatoire du sport (FPS IPSOS

2007), lettre de lconomie du sport 955 11/209). Contrler ce que lon veut faire sans recevoir forcment les conseils de quelquun (Etude TNS SPORT 2009) La pratique des adolescents bouge 77% des G et 66% F pratiquent une AP La pratique comptitive baisse de 12 17ans 39% font de la natation (1), 38% du vlo (2), du foot 32 (3) marche 24% (4) 19%jogging et du TT (5 et 6)

Si 39% font de la natation, 18% font de la comptition Si 7% font de lathltisme 59% font de la comptition (Ministre des sports 2002, les sports chez les jeunes de 12 17ans ) On pratique dabord pour le plaisir, ensuite pour sa sant et enfin pour rencontrer des amis. Vient ensuite maigrir pour les filles, se muscler pour les garons. Gagner est en avant dernire position.

Les garons pratiquent plus que les filles. On a plus de chance dtre sdentaire quand on est une fille issue de milieu dfavoris. Le zapping est de rigueur (INSERM, Baromtre sant jeune) MAIS quels sont les FACTEURS qui STIMULENT LIMPLICATION des adolescents dans la pratique physique ? - PERRIN (1993) propose une analyse des relations entre le rapport aux activits sportives et les conceptions de la

sant et constate une opposition entre deux conceptions contrastes de la pratique physique - BOUSQUET (1997) a dcrit des rsultats similaires propos dadolescents dge scolaire Une conception hdoniste (APSA = investies sur le mode ludique et la recherche du plaisir; ltat de sant = vcu de manire positive et ne constitue pas le motif dentre en pratique) Une conception hyginiste (APSA = investies de faon utilitaire, o la pratique

est conue comme un devoir hyginique pour le corps; et ltat de sant est vcu de manire ngative) Ces tudes montrent donc que : Ceux qui pratiquent des activits physiques et sportives ne le font pas pour des raisons hyginiques, mais pour le plaisir quils en tirent ! En dautres termes, si lon veut favoriser lengagement dans une pratique favorable la sant , il conviendrait de valoriser un motif de recherche de plaisir et non celui du devoir de

bonne sant. Ainsi les APS de loisir apparaissent-elles comme offrant une possibilit toute particulire dans le cadre de lducation la sant: celle de permettre aux personnes de passer de laction lacte par dcision subjective. Elles pourraient alors tre considres comme de vritables outils de prvention dans la mesure o elles constituent un point dancrage pour une stratgie dengagement par le corps, devenant un lieu privilgi pour permettre de transfrer aux

usagers la responsabilit de leur sant (PERRIN, 93) EN SOMME Le PROBLEME PROFESSIONNEL auquel se confronte lenseignant dEPS dans ce processus dducation la sant = FAVORISER une ADHESION la pratique physique, cest--dire, une persistance sur le long terme de lengagement physique dans les loisirs physiques ou sportifs.

Quels choix de supports dactivits privilgier alors en EPS pour inciter tous les lves la pratique ? Comment traiter les APSA supports pour motiver les adolescents sengager rgulirement dans une pratique physique ? Et quel(s) choix de contenus de formation proposer dans le cadre scolaire afin que les lves deviennent autonomes, clairs et scuritaires dans leur pratique physique rgulire, et cela, sans se substituer aux autres champs dintervention de la sant ?

Notre POSITION serait donc Pour INCITER et MAINTENIR lengagement des adolescents pratiquer une AP de faon rgulire et utile, il convient de (re)construire une relation de plaisir leffort physique ressenti au cours des sances dEPS. Autrement dit, (re)donner le got de lactivit physique, de sprouver physiquement en faisant passer les adolescents scolariss du plaisir dagir et de sprouver la joie de progresser et de saccomplir COMMENT concevoir cela en EPS pour ici et maintenant, mais aussi pour plus tard et ailleurs

1) CREER les conditions qui DYNAMISENT les raisons dagir, dinvestir un effort, de saccomplir (stimuler lenvie de bouger); 2) SUSCITER rgulirement des RAISONS de POURSUIVRE / BESOIN DADAPTATION SUPERIEUR des lves face aux preuves vcues en EPS pour redynamiser rgulirement linertie de dpart (maintenir lenvie de bouger) 3) Permettre aux adolescents de CONSTRUIRE des ATTITUDES, des CONNAISSANCES et des COMPETENCES, prennes et utiles pour une pratique physique rgulire, autonome et claire.

CREER les conditions qui DYNAMISENT les RAISONS INVESTIR un EFFORT 1) CONCEVOIR des FORMES SCOLAIRES dA.P. Forme simplifie de la pratique sociale de rfrence, elle prend appui sur les capacits et sensibilits au plaisir des lves (et non pas celles des sportifs). Elle facilite ainsi leur activit adaptative: le sentiment de russite et de comptence sont donc prservs ! Construite pour renforcer le plaisir immdiat en accdant un 1er niveau de russite, et dans le mme temps, orienter le sens du progrs pour faire natre une nouvelle dynamique

( Jai envie de mieux faire Mr ) PAR EXEMPLE -En Relais : le 2 X 20 m avec transmission par toucher sans contrainte de fin de zone Le succs est li une seule transmission, labsence de tmoin favorise la russite immdiate, la courte distance permet tous de mobiliser ses ressources de faon optimale. Aussi, de nombreux dfis dautres quipes de 2 faciles mettre en place, des handicaps de 0.5 m, d1 m peuvent faire voluer le plaisir ressenti et maintenir lengagement des lves Autres exemples : Le 3 X 500 m (au lieu du 1500 m)

Le Pentabond (au lieu du triple saut) Le Foot 5 ou 7 (au lieu de 11) 2) Valoriser la DIMENSION LUDIQUE des APSA: P. PARLEBAS (1981) souligne que plus une pratique tend prendre le statut de sport, plus elle tend se dludiser Il sagit donc de favoriser lapparition de plaisir spontan et de motivation joyeuse, dpourvu de finalit utilitaire Selon le groupe Plaisir de lAEEPS: - INTRODUIRE plus dINCERTITUDE dans le rsultat du jeu; - Imaginer des FORMES de COMPTABILISATION des points plus

varies, plus fun, plus amusantes; - Jouer sur des FORMES ORIGINALES de RENCONTRES; - MINIMISER la VICTOIRE et la DEFAITE en dplaant le curseur vers des FORMES de MAITRISE et de REUSSITE PERSONNELLE PAR EXEMPLE En Badminton : Une Montante-Descendante qui ne valorise plus uniquement le plaisir des plus duellistes, mais qui bonifie certaines faons de marquer - Dcompte : 1 pt sur faute 2 pts sur volant plac 3 pts sur volant piqu ou smash

Ce DECOMPTE permet : valoriser laspect ludique tout en recentrant les lves dans une tendance la matrise Autre exemple en sports collectifs: remporter le championnat selon le dcompte dactions collectives bonifies au regard du palier adaptatif des pratiquants 3) En jouant sur la DIMENSION EMOTIONNELLE des APSA: Les Sports ont une valeur motionnelle lie la signification

culturelle et symbolique (B. JEU,1977). Or lenseignant dEPS nen tient pas toujours compte notamment lorsquil privilgie trop tt les problmes fondamentaux et les acquisitions techniques du modle sportif. GAGNAIRE et LAVIE (2005) proposent de croiser 2 axes pour dvelopper cette dimension motionnelle en EPS : - 1er axe: Forme et signification de lvnement (3 formes : lpreuve, le dfi et la rencontre) - 2me axe: Modalits dattribution de la russite (3 formes : la mesure, le score et la conformit au score) Soit 9 combinaisons susceptibles de gnrer des motions diffrentes au sein dune mme classe

PAR EXEMPLE En Course de Dure : Autre chose quune activit de dfi/mesure Une Epreuve / Mesure Battre le record de France du 3000 m COURSE plusieurs

de (Par 5 10 DUREE coureurs selon le niveau Un Dfi / Score Une Rencontre / Mesure

Course aux points pendant 18 minutes (Courir en enchanant le plus grand nombre de squences de 130: la 1re rapportant 1 pt, la 2me 2 pts, la 3me 3 pts 1 arrt ou de la marche dans une squence donne 0 pt et la squence suivante rapportera 1 pt, puis 2 pts, etc.

Course en peloton allure dfinie lavance (Raliser exactement le temps annonc sur 3, 6 ou 9 minutes de course en diminuant progressivement le nombre de repres sonores)

MAIS, STIMULER ne suffit pas pour esprer AVOIR DONNE GOUT de la PRATIQUE PHYSIQUE AINSI, en EPS, confronter les lves un environnement qui rponde leur plaisir dagir (Jouer, Russir, Cooprer, Ressentir) favoriserait lmotion positive qui donnerait envie aux lves de sengager dans une pratique physique. TOUTEFOIS, il ne suffit pas de rpondre leurs besoins dagir pour les faire adhrer la pratique sur le long terme. Encore faut-il leur donner envie de MIEUX AGIR, MIEUX JOUER, MIEUX

COOPERER FAIRE ADHERER, MAINTENIR les adolescents dans leur pratique physique Passer dun adolescent pratiquant un adolescent sentranant de faon autonome et rgulire En CREANT rgulirement de NOUVEAUX BESOINS DADAPTATION suscits par un ETAT DINSATISFACTION pratique (individuel ou collectif)

M. RECOPE (2006) montre que : la disponibilit aux apprentissages passe par une insatisfaction pratique que llve cherche surmonter P. GAGNAIRE et F. LAVIE (2005) prouve quen EPS : Le plaisir de pratiquer une AP est pralable linsatisfaction celle-ci ne se justifiant que par la perspective dun plaisir futur plus enviable Plaisir

Insatisfaction Plaisir Insatisfaction Faire vivre aux lves des Epreuves / Preuves (P. SALORT, 2007, membre du groupe Plaisir de lAEEPS) Situation qui provoque chez les lves un tat dinsatisfaction dbouchant sur un sentiment de plaisir

diffr Cest cette attente de plaisir qui va tre le moteur de la poursuite COMMENT concevoir des Epreuves/Preuve 1) REPERER la comptence vise du palier adaptatif dans lAPSA 2) AMPLIFIER lutilisation de cette comptence en donnant soit un avantage celui qui doit la prouver, soit un handicap son concurrent, soit une exigence dapparence facile 3) RESPECTER la forme binaire de russite ou victoire de la pratique sociale et ELIMINER les aspects alatoires pour donner de la crdibilit la russite.

4) PRESENTER la situation avec une mise en scne qui joue sur les motions des adolescents (mettre les lves au dfi de russir, les provoquer dans leur amour propre) PAR EXEMPLE En Sport de Combat de Prhension le Taureau et le Matador But : gagner le combat Organisation: Combat au sol (sumo) dans un cercle de 2.5 m 3 m de diamtre sans recherche dimmobilisation ou de retournement. Dpart en saisie de lutte ou judo avant le dbut du combat

3 lves de niveau homogne (2 combattants + 1 arbitre) Actions de mains sur jambes interdites Dcompte : - faire sortir du cercle ou lamener sur le dos / pousse = 1 pt -amener sur le dos / force adverse = 3 pts - pnalit de 2 pts / non respect du rglement Intention ducative de cette forme scolaire de pratique Montrer par la pratique quutiliser la force adverse est plus efficace que sopposer en force Le Taureau :

Faire reculer le matador de 2 m (en sachant que celui-ci ne peut se rquilibrer sur les mains) Le Matador : Mettre sur le dos en utilisant la force adverse (sait diffrencier agir en force et agir en utilisant la force adverse) EN CONCLUSION LEPS peut contribuer (re)donner aux adolescents le got dune pratique physique rgulire et utile.

En crant les conditions denseignement qui permettent aux lves de (re)construire une relation de plaisir leffort physique ressenti au cours de sances dEP (du primaire luniversit). Passer dun plaisir dagir la joie de progresser et de saccomplir Je vous ai donc prsent deux outils expriments dans le cadre de lEPS par le Groupe Plaisir de lAEEPS (2005) - Des FORMES SCOLAIRES de pratique physique pour

STIMULER lenvie dagir, de bouger des ados (partisan du moindre effort); - Des EXPERIENCES CORPORELLES dites EPREUVES / PREUVE pour MAINTENIR lenvie de sengager en provoquant rgulirement chez le pratiquant un sentiment dinsatisfaction le relanant alors vers un nouveau besoin adaptatif pour MIEUX AGIR Le plaisir ne constitue pas seulement un adjuvant mais joue le rle dun indicateur Il est non seulement un ingrdient de lapprentissage mais son

moteur, sans lequel il est impossible dapprendre (M. LOBROT, 1996) Des OBSTACLES toutefois Un systme scolaire encore sur le mode de la comparaison social et du climat de comptition (hirarchiser, noter, slectionner poussent les lves prouver leur supriorit par rapport autrui et fragilise leur sentiment de comptence) Des enseignants dEPS encore frileux par le

concept de plaisir face la lgitimit scolaire (Travail, Rigueur, Effort privilgi, Plaisir ignor) - Les adolescents des annes 2000 nont plus les mmes attentes que ceux des annes 60 au moment de la sportivisation des loisirs: LEcole na pas encore intgre les nouvelles tendances motionnelles (sprouver, saccomplir dans la convivialit) Et au contraire fonctionne toujours sur le modle du sport traditionnel (se dpasser,

se dfoncer, se dchirer) BIBLIOGRAPHIE D. DELIGNIERES et C. GARSAULT, Libre propos sur lducation physique , Revue EPS (2004) P. GAGNAIRE et F. LAVIE, Le Plaisir des lves en EPS: futilit ou ncessit , Groupe de rflexion de lAEEPS, Codition AEEPS/ AFRAPS (2007) C. PERRIN, Analyse des relations entre le rapport aux APS et les conceptions de sant, Revue STAPS N31 (1993) I. QUEVAL, Saccomplir ou Se dpasser , Gallimard (2004)

M. LOBROT, Le plaisir : condition de lapprentissage , in Journal des psychologues N140 (1996) M. RECOPE, Normativit et sensibilit : une perspective gnalogique dtude du mouvement et de laction , Laboratoire danthropologie des pratiques corporelles (2006) B. JEU, Le sport, lmotion et lespace , Vigot (1977) V. LAMOTTE, Lexique de lenseignement de lEPS , PUF (2005)

Recently Viewed Presentations

  • Photos  reproduced with permission from the Harris County

    Photos reproduced with permission from the Harris County

    CITY ON THE BAYOU: Houston's History Through Floods June 9, 2001 June 10, 2001 Allison Rainfall Amounts Locate your zip code to determine your watershed Watersheds Spring Creek Cypress Creek Addicks Reservoir Buffalo Bayou Greens Bayou San Jacinto River Luce...
  • Convolutional Neural Networks for Computer Vision

    Convolutional Neural Networks for Computer Vision

    Looks similar to the Inception block, but it has higher receptive field. Sachin Mehta, Mohammad Rastegari, Anat Caspi, Linda Shapiro, and HannanehHajishirzi. "Espnet: Efficient spatial pyramid of dilated convolutions for semantic segmentation." ECCV, 2018. Sachin Mehta, Mohammad Rastegari, Linda Shapiro,...
  • Unit 1 Seeds of Change Ch. 6 Sections

    Unit 1 Seeds of Change Ch. 6 Sections

    QoD - What is the Purpose of Government?. Preamble to the U.S. Constitution "We the people of the United States, in order to form a more perfect union, establish justice, insure domestic tranquility, provide for the common defense, promote the...
  • A peak into the life of your fourth

    A peak into the life of your fourth

    Please write any questions on an index card and turn it in to one of the teachers with your email address if we did not have an opportunity to answer it during our time together.
  • PERMEABILITY CORRELATIONS FOR CARBONATE & OTHER ROCKS Paper

    PERMEABILITY CORRELATIONS FOR CARBONATE & OTHER ROCKS Paper

    PERMEABILITY CORRELATIONS FOR CARBONATE & OTHER ROCKS Paper #58400 GSA Meeting 2003 Seattle Wa. Presentation rev. 2 Otis P. Armstrong, PE The form: k (md) =10 1.5(1/Sw-c - 1)1.9 (if k calc exceeds 200, use 1, not 10) It is...
  • Moguls - EUPSchools

    Moguls - EUPSchools

    The Mogul Dynasty. 1500. India is divided into Hindu and Muslim Kingdoms. Moguls were not natives of India. Founder was Babur.. Smaller army, but had better weapons.
  • Title of presentation.

    Title of presentation.

    REVENUE RECOGNITION Examples Stig Enevoldsen 18 October 2006 Revenue The chair handed over to the customer and cannot be returned Chair handed over, but can be returned (department store) TV handed over and paid but entire revenue can be returned...
  • Corporate PPT Template

    Corporate PPT Template

    "I'm doing a (free) operating system (just a hobby, won't be big and professional like gnu) for 386(486) AT clones …." Linus Torvalds Usenet posting, 1991 Only Linux is Growing Business Landscape Customers require more ROI than their existing investments...